Portraits de femmes

Interview Isabel Sitbon : directrice agence 6-12

Profile picture for user Redaction Femmezine
4 / 5 basé sur 34 votes
Isabel Sitbon directrice agence 6-12

.......................

Femmezine : Quel est votre parcours professionnel en tant que femme?

Je suis Isabel Sitbon, j'ai 50 ans, je dirige une agence conseil en communication ludo-éducative depuis 1990. Nous fêtons nos 20 ans cette année. Je suis journaliste de formation. J'ai travaillé pendant de longues années dans la création d'opérations promotionnelles à valeurs éducatives pour des grands groupes, notamment pour le journal Pif Gadget où je m'occupais des grands comptes. En 1990, j'ai fondé l'agence 6-12 sur une idée simple : créer des dispositifs d'initiation par le jeu pour les enfants afin de proposer aux enseignants une alternative ludique pour rendre l'école attractive. C'était un pari, un pari réussi. Pour cela, nous avons écouté avec attention les conseils avisés de Lionel Jospin qui, dès le départ, nous a donné « les clefs » pour pouvoir développer des activités ludo-éducatives au sein  du milieu scolaire.

Femmezine : ça vient d'où, ce constat, cette envie ? La motivation était personnelle ? Pourquoi se dire à un moment, il y a quelque chose à faire là ?

Je viens d'une famille d'enseignants et de religieux, qui m'a toujours recommandé de garder le cap de l'enseignement ! Ces membres de ma famille se dévouant à l'enseignement m'ont montré un chemin qui était celui de l'apprentissage - Je l'ai agrémenté de deux de mes passions : le jeu et la créativité. Cela m'a permis de me frayer un chemin agréable qui réconcilie le jeu et l'éducation. Sachant que l'école de la IIIe république est sérieuse, la télévision ludique, je me suis dit qu'il y avait une alternative entre les deux, le sérieux de l'école et le divertissement. J'ai proposé de développer des programmes qui permettraient à l'enfant d'appréhender des notions complexes sans souci, avec plaisir. J'ai proposé aux enseignants de créer des actions sur des sujets difficiles, comme la prévention des accidents domestiques, la sécurité routière, l'hygiène, des notions du reste pas forcément inscrites au programme scolaire mais pour lesquelles les enseignants étaient de plus en plus sollicités, sans pour autant avoir de supports de cours. Donc, nous avons proposé des supports de cours à moitié financés par l'état, à moitié par des industriels, entièrement conçus par des enseignants pour les enfants.

Ces outils de formation utilisaient le jeu et des supports audiovisuels. Des campagnes audiovisuelles, relayées par la télévision, par exemple Super Sécure avec FR3, campagne relayée à l'école, mais pas seulement. Aussi, dans les familles, par le biais des campagnes télévisées, partout en fait où il y a des enfants et des adultes référents, encadrants. Il y a beaucoup de parents qui souhaitent transmettre des choses à leurs enfants et le but était de leur fournir des outils transactionnels tout à fait pertinents. Pendant 15 ans, c'est ce que nous avons développé avec des campagnes remarquables. Nous avons par exemple été sollicités pour la campagne sur l'Euro. Nous avons créé le premier jeu éducatif labélisé  par l'état et les industriels pour apprendre aux enfants le passage à la nouvelle monnaie. Nous avons eu une initiative similaire concernant l'apprentissage d'Internet puisque nous avons créé ,dès 1999 ,  la première cyberschool pour apprendre  Internet et la démocratie aux enfant de Loire Atlantique . Cette campagne nous a valu de recevoir le Topcom 2000, catégorie Internet, car nous avions imaginé un outil totalement moderne ! Les enseignants ne connaissaient pas aussi bien Internet qu'aujourd'hui, ils avaient besoin d'une formation sur le sujet ce que nous avons mis en place pour le  Conseil régional de  Loire-Atlantique.

Femmezine : Comment réussissiez-vous à impliquer les industriels dans ces campagnes éducatives ?

A l'époque, les industriels avaient un devoir de communication selon les directives européennes, sur l'utilisation des produits, la prévention représentait alors une norme de qualité de l'Union Européenne. Donc, si ces industriels souhaitaient obtenir cette norme européenne de qualité, il fallait qu'ils s'impliquent et communiquent à ce niveau-là ! On les invitait donc à se joindre à des campagnes nationales pour financer sur le terrain des relais puissants, campagnes audiovisuelles ou autre. Les industriels avaient tout intérêt à s'associer à ce genre de campagne, très bonne en terme d'image et leur permettant d'obtenir la norme de qualité qu'ils souhaitaient. Un exemple. Nous avons fait une campagne il y a 15 ans pour sensibiliser les gens au fait que la prévention c'était bien, vacciner, faire attention aux règles d'hygiène, les règles de base pour lutter contre les accidents domestiques, etc.... mais qu'il fallait absolument adapter le discours pour les enfants, à leur jeune âge, voire de manière ludique, et non anxiogène ou trop compliquée. Nous avons donc envoyé, dans le cadre d'une campagne de santé, un poster très ludique à tous les pédiatres de France. Et lorsque 10 ans après, j'ai emmené mon fils se faire vacciner chez le pédiatre, j'ai été surprise et ravie de voir notre affiche dans son cabinet ! Elle était là depuis 10 ans, c'était bien la preuve que notre campagne avait été pertinente, moderne, et qu'elle n'avait pas vieilli ! Nous avions fait preuve de durabilité et de pertinence !

 

 

Donnez votre avis !

Profile picture for user majid57
majid57 , 29 décembre 2009
c'est une bonne idee et une tres bonne initiative
Profile picture for user optimist2009
optimist2009 , 09 février 2010
Ce message a été supprimé par Femmezine
oulacdur , 17 février 2010
bonne initiative pour des parents qui n'ont pas le temps d'aider son enfant
Profile picture for user cristal1
cristal1 , 23 février 2010
bon idée merciiiiiii bcppppppp.......!!!!!!!!!!!!!!!!
kamais , 20 janvier 2011
faites passer l'article à l'éducation nationale!!!