Comment gérer au mieux la montée de lait ?

Profile picture for user Redaction Femmezine
2.7 / 5 basé sur 14 votes
montee de lait allaitement

Découvrez nos conseils pour que cette étape, parfois compliquée, de votre allaitement se passe au mieux.

Le choix d’allaiter son enfant soulève de nombreuses interrogations, surtout lorsqu’il s’agit d’une première fois. Il est important de comprendre le processus de lactation qui va s’opérer en vous, avant, pendant et après votre grossesse.

La montée de lait est un moment qui s’accompagne parfois de petits désagréments, qu’il sera facile de traiter grâce à certaines règles d’or.

Quand et comment les seins se préparent à la lactation ?

A la naissance la petite fille possède déjà tous les éléments nécessaires à la production de lait. Jusqu’à la puberté les alvéoles (petites poches où s’accumulent le lait), vont se développer et se multiplier.

Sous l’action des hormones de grossesse, le corps se modifie physiquement pour accueillir et alimenter bébé. Le placenta sécrète des œstrogènes et de la progestérone qui stimulent la production de lait dans les glandes mammaires et les canaux lactifères.
Les seins sont plus sensibles. Les mamelons et les aréoles se colorent. Les bosses autour de l’aréole produisent une substance grasse qui lubrifie et protège des infections lors de l’allaitement.

A l’accouchement, l’expulsion du placenta provoque une chute du taux de progestérone. Ce qui a pour effet une congestion brutale des vaisseaux sanguins, nécessaire à l’apport des matières premières pour la production de lait.
La prolactine va ensuite se libérer et permettre au lait de rester dans les alvéoles.

C’est à ce moment-là, qu’il faut proposer le sein au nouveau-né afin de ne pas perturber son réflexe de succion et si possible en le laissant chercher le sein. La succion stimule l’hypophyse et libère la sécrétion d’ocytocine et de prolactine.

Quand et comment se passe la montée de lait pour maman et bébé ?

Du colostrum à la montée de lait

Dans un premier temps le nourrisson absorbe du colostrum (ou « premier lait »). C’est un liquide crémeux, jaune orangé, très riche en vitamines et protéines parfaitement adapté à ses besoins spécifiques. Il  lui apporte également des anticorps protecteurs pour lutter contre les infections, ainsi que des enzymes pour aider sa digestion et favoriser l’expulsion du méconium (premières selles).

Au fil des heures et des jours, le colostrum évolue et s’enrichit en lactose et lipides. Il est produit en petite quantité, entre 2 et 20ml par tétée.

Le colostrum est ensuite remplacé par un « lait de transition ». En général 2 à 5 jours après l’accouchement les seins se gonflent et deviennent douloureux, c’est la montée de lait.

La production lactée augmente au fil des jours, passant de 50 à 100ml au 2ème jour à 600ml au 5ème jour.

Une autre montée de lait « mature » survient autour de la 3ème semaine après la naissance de votre bébé. La production de lait est à ce stade régulière et si tout va bien, vous et votre bébé aurez pris le bon rythme d’allaitement.

Quels sont les signes de la montée de lait ?

Lorsque votre bébé tète, il se peut que vous ressentiez des contractions de l’abdomen.
C’est le résultat de la sécrétion d’ocytocine. Elle aidera à la contraction des petits muscles qui entourent les alvéoles pour faciliter l’éjection du lait, ainsi qu’à votre utérus de retrouver sa taille initiale.

Quand le flot de lait augmente, vous ressentez des picotements, brûlures ou fourmillements. Vous observez également un écoulement naturel de lait.

Selon les femmes, si la montée de lait est trop forte, il faudra veiller à éviter l’engorgement. Dans le cas contraire, il faudra stimuler la production de lait.

Du côté du nourrisson ?

Chaque bébé est différent et absorbe du lait en fonction de ses besoins et des moments de la journée. Idéalement, il faut une première tétée précoce, dès les premières heures de vie. Elle est une première prise de contact avec vos seins et le peau à peau augmente les capacités du bébé à téter efficacement. Les premiers jours, la plupart d’entre eux tètent 8 à 12 fois par 24h.

Si possible allaitez à la demande et proposez le sein, avant que votre bébé ne pleure. S’il gesticule, fait des bruits de succion et porte ses mains aux lèvres il est temps de le faire téter.

Après quelques semaines d’entrainement, ils absorbent davantage de lait en moins de temps et les tétées raccourcissent.

Plus vous allaitez, plus la montée de lait sera favorisée sur le long terme et l’allaitement de votre bébé deviendra un réflexe naturel.

Comment gérer la montée de lait ?

Beaucoup de jeunes mamans craignent de ne pouvoir allaiter suffisamment et correctement leur enfant. Or toutes les mamans produisent du lait en permanence. Il s’accumule dans les alvéoles jusqu’à la prochaine tétée. Le lait maternel  a ainsi des réserves inépuisables.

Comment stimuler la production de lait ?

  • Adoptez une position confortable pour vous et votre bébé. Cela lui permet de bien  prendre le mamelon et l’aréole en bouche et de vous éviter des crevasses.
  • Restez zen pour une bonne montée de lait. Evitez les endroits bruyants et stimulants
  • Buvez régulièrement un verre d’eau, du lait, des tisanes. Eviter le café, le thé et l’alcool.
  • Veillez à une bonne alimentation équilibrée et diversifiée. Les lentilles, carottes, topinambours et le fenouil sont excellents. Au niveau des plantes, la verveine, l’anis étoilé, fenugrec et charbon béni sont recommandés pour augmenter la production de lait. La lécithine favorise le passage de lait dans les canaux. Evitez le persil, la sauge et le chou vert.
  • Proposez les deux seins en alternance au cours d’une même tétée.
  • Reposez-vous le plus souvent possible, lors des siestes de bébé par exemple
  • Pour les bébés prématurés ou qui se fatiguent vite, optez pour le tire-lait et votre lait au biberon.
  • Utilisez des coques d’allaitement qui exercent une légère pression et stimulent le sein. Attention, à éviter en cas de crevasses.

Enfin soyez patiente et laissez faire les choses à leur rythme.

Comment désengorger les seins ?

Certaines mamans produisent quant à elle beaucoup de lait et souffrent parfois d’engorgement. L’engorgement arrive souvent entre le 2ème et 6ème jour après accouchement sous l’abondance du lait maternel. On peut ressentir des douleurs jusqu’aux aisselles et parfois une légère fièvre.

Si bébé prend bien le sein et que vous le nourrissez à la demande aussi longtemps qu’il en a besoin, la congestion se résorbera d’elle-même.

  • Tentez d’extraire un peu de lait manuellement ou à l’aide d’un tire-lait avant la prochaine tétée, afin d’assouplir votre sein.
  • Prenez une douche chaude pour réduire les douleurs et faire écouler un peu de lait en exerçant une pression du haut du sein vers le mamelon, sans le pincer ou le stimuler.
  • Portez un soutien-gorge d’allaitement qui ne comprime pas la poitrine, également pendant la nuit.
  • Appliquez un cataplasme de feuilles de chou pendant 20 minutes 2 fois par jour après une tétée.
  • Posez sur vos seins un sac de glace ou petits pois congelés dans un sachet afin de soulager l’inflammation.
  • Prenez un antalgique après la tétée de type paracétamol (avec avis médical).

Ne vous inquiétez pas et soyez patiente, la douleur sera temporaire.

Si vous produisez trop de lait et que l’appétit de votre bébé est trop faible pour le moment, pensez à donner votre lait à des lactarium ou banques de lait. Vous pourrez ainsi aider des enfants prématurés, ou malades à reprendre du poids.

Comment stopper la montée de lait ?

Pour des raisons personnelles, médicales ou professionnelles vous souhaitez réduire ou stopper l’allaitement.

  • Si vous devez vous absenter et que vous ne donnez que du lait maternel à votre bébé de 3-4 mois, il sera nécessaire de tirer votre lait régulièrement afin de continuer à stimuler la production de lait.
  • Vous avez décidé de stopper complètement l’allaitement, préparez bébé et vous-même à  un sevrage progressif. Sur un mois environ remplacez une tétée par un biberon de lait infantile ou un aliment s’il en a l’âge et laissez quelques jours pour que votre bébé s’adapte, puis réduisez le nombre de tétées. Naturellement et de manière non agressive vous constaterez la baisse de votre production de lait. La montée de lait s’interrompt d’elle-même en une ou deux semaines. Pour traiter l’inconfort et l’engorgement vous pourrez utiliser un antalgique et un anti-inflammatoire (avis médical nécessaire).
  • Si vous devez sevrer votre bébé rapidement, limitez votre consommation d’eau, et mangez des aliments qui stoppent la montée de lait (tels que le persil ou la menthe). Portez un soutien-gorge de sport par exemple qui comprime la poitrine jour et nuit, afin d’éviter de stimuler le massage des seins. Evitez si possible les médicaments qui stoppent brutalement la lactation hormis pour raison médicale, car il a été démontré de nombreux effets indésirables. Il existe en outre des traitements homéopathiques et autres médecines douces adaptées.

 

En conclusion, les bienfaits de l’allaitement ne sont plus à prouver, c’est l’alimentation idéale pour votre bébé.

Afin de vivre au mieux l’allaitement, il existe des structures comme la Leche League ou tout simplement votre médecin ou pharmacien. Ils vous aideront et vous conseilleront à gérer au mieux des moments comme la montée de lait.

Enfin écoutez votre instinct et les besoins naturels de votre bébé, et profitez sereinement de ce temps privilégié de partage avec votre enfant.