Interview de l'artiste Klaus Guingand

Interview de l'artiste Klaus Guingand

Page 3 / 3

Interview suite 3

Il y a de l'espoir encore, ou non ? Une vie possible malgré cette maladie de l'art qui vous habite, et qui vous donnerait envie de faire des choses « en attendant la mort » ?

J'espère qu'il y a de l'espoir. Je voudrais pouvoir créer mes oeuvres, vite, pas faire une oeuvre imaginé en 1990 quand j'aurais 65 ans par exemple, ça n'aurait aucun sens. Je ne veux pas rouler en voiture de sport, ni vivre dans des palaces, je veux juste le calme, la paix, et créer. Car pour qu'une oeuvre d'art soit vue, il faut qu'elle soit faite. J'espère donc que mon oeuvre « En attendant la mort » se fera, et pas trop tard. J'ai plein d'autres œuvres en attentes, il m'en vient deux par mois, en moyenne. En attendant d'avoir les moyens, les mécènes, une oeuvre comme « En attendant la mort » nécessitant un budget d'environ un million d'euros, je viens de créer pour une société de VPC, à titre gracieux, une ligne de tee-shirt pour filles et garçons, c'est une manière pour moi de faire oeuvre en contournant les contraintes du milieu de l'art contemporain et de sa monstration. Ces t-shirts reprennent mes slogans, mes affirmations, pour essayer de faire réfléchir les gens, mais de façon démocratique, dans la rue, sur le dos de monsieur et madame tout le monde et non pas dans le cercle élitiste qui entoure l'art. Par exemple, il y a un modèle sur lequel est inscrit dans le dos « clandestin » et « clandestine » pour les filles. Terriblement d'actualité. C'est pour cela que j'aimerais que beaucoup de gens décident volontairement de porter ce t-shirt. Je trouverais ça intéressant, pertinent, d'affirmer que nous sommes tous des clandestins !

Quid de votre série « Ombres » toujours inachevée ?

Je dois encore immortaliser les ombres de trois grands artistes contemporains pour que cette dernière série commencée en 2005 soit terminée après avoir fait poser Jasper Johns, Pierre Soulages, Yayoi Kusama, Miquel Barcelõ, Brice Marden, Jean-Pierre Raynaud, Jan Fabre, Bernar Venet, Wim Delvoye, Fabrice Hyber, Pierre Alechinsky, Sandro Chia, Dennis Oppenheim, Jacques Monory, Robert Wilson, Bertrand Lavier, François Morellet, Robert Combas. Des stickers « Ombres » à coller sur les murs sont également en projet. Et puis, pour lutter à ma manière au coeur même de la Mafiart, je suis en train de créer une boisson énergétique spécifiquement pour le milieu de l'art. Cette boisson, dont j'ai dessiné la canette et écrit le slogan « ideal drink for art dealer, art critic, etc. », a des vertus magiques et donne des neurones à celui qui la boit. Sa commercialisation et dégustation ne se fera que dans les foires d'art contemporain, les galeries, les musées et les vernissages ! Grâce à cette boisson, le public et le monde de l'art comprendront mieux l'art, les artistes et les oeuvres. Vous voyez qu'il y a de l'espoir ! Même si j'adhère pleinement à la phrase de Jonathan Swift « Quand un génie véritable arrive en ce bas-monde, on peut le reconnaître au fait que tous les imbéciles se liguent contre lui » !

 

Le blog de Klaus Guingand : http://klausguingand.blogspot.com/

Edition de T-shirts designed by Klaus Guingand : http://masterpiece-tshirts.spreadshirt.fr/

Page prcdente
Auteur : Elodie TROUVE


Donnez votre avis !
9 commentaires
Devenez membre et gagnez 4 points en laissant un commentaire !
MANEVAL
QUI SE CACHE DERRIZRE L'ARTISTE
MANEVAL  | le 24/12/2009 15:08
 
Annabellucci
Le soit disant Monde de l'Art, est pourri, et ce n 'est pas d'aujourd'hui. Les galeristes,et dj du temps de van ghog, ou mme du temps de Picasso faisaient et defaisaient les ctes des artistes comme des bons bourgeois jouent la Bourse, dans les romans d'Emile Zola. Etre Un artiste, et tre vendu et expos ne sont pas 2 choses semblables. Bon nombre d'artistes peintres ont t surestims pas seulement cause des marchands d'Arts, mais et surtout par le phnomne de mode et d'une petite lite qui jettait son dvolu sur tel ou tel artiste....Un peintre comme Buffet est tout fait l'exemple de ce qui tait in , dans le vent, la fin des annes 50. Il y a des modes, des courants, comme ceux de l'art Abstrait, qui ont donn un peu de tout et de n'importe quoi. Il s'agissait davantage de performances, d'ides, que de talent, de gnie ou de lumire....Trois collages, quatres photos et on appelle de l'Art. Alors avant de critiquer tout et n'importe quoi, redfinissons ce qui est l'Art en Peinture. Le reste c'est une gigantesque masturbation intello....!
Annabellucci  | le 27/12/2009 15:42
 
Nulle part dans cette article, la situation est dcrite comme nouvelle. Guingand exprime son avis et ce dernier et partag par de trs nombreuses personnes. Annabellucci , vous voulez dire Van Gogh je pense? Un collage de Max Ernst ou de Man Ray c'est bien de l'art. Une photographie peut galement tre de l'art. La critique est constructive. Il faudrait peut-tre redfinir la place de la peinture dans l'art.
Anonyme  | le 28/12/2009 15:29
 
Cast Prod
Rejoignez nous sur le groupe du premier rseau social du casting et
offrez vous un vrai site internet en
votrenom.bookme.fr===>http://www.facebook.com/profile.php?id=1654395034&ref=mf#/group.php?gid=389667915098...et
n'oubliez pas d'inviter vos ami(e)s :)))
Cast Prod  | le 29/12/2009 03:06
 
Au nom du pre
Il est parfois bien difficile de reconnaitre ses pres et par la mme crer son propre style. Guingand veut nous dmontrer (dmonter) le monde de l'art et celui des artistes actuels par la critique du march et celui de la cration sauf videment Klaus guingand pur et fidle chevalier des arts en mal de reconnaissance. Pourquoi aller Miami, lieux ou toutes les compromissions sont possibles ? Pourquoi prtendre faire mieux que Koons ou cattelan, quel est le projet sinon prendre leurs places.
Mon petit Klaus, continu de peindre l'ombre des autres pour ventuellement pouvoir en constituer une pour toi et toi seul. La critique est facile, l'art aussi. Sans rancune, un admirateur mconnu.
Au nom du pre  | le 29/12/2009 15:01
 
JE NE SUIS PAS TON FILS.
Le vritable style n'a pas de pre.
Quel compromission avec MAFIART Miami?
Je n'ai pas prtendu dans cette article faire mieux que Koons ou Cattelan.
Je ne veux surtout pas leurs places, je veux juste ma place.
L'art n'est pas facile.
Aucune rancune d'un petit pre anonyme et mconnu. Klaus Guingand
Anonyme  | le 29/12/2009 16:07
 
E NE SUIS PAS TON FILS. Le vritable style n'a pas de pre. Quelle compromission avec MAFIART Miami? Je n'ai pas prtendu dans cette article faire mieux que Koons ou Cattelan. Je ne veux surtout pas leurs places, je veux juste ma place. L'art n'est pas facile. Aucune rancune petit pre anonyme et mconnu. Klaus Guingand
Anonyme  | le 29/12/2009 17:03
 
Ce message a t supprim par Femmezine
optimist2009  | le 09/02/2010 21:59
 
Ajouter un commentaire

Commentaire :
Pseudo (facultatif) :
Rechercher
Inscrivez-vous au club Femmezine et gagnez des cadeaux ! 1 - Devenez membre 2 - Cumulez des points 3 - obtenez des cadeaux
Le Top 5 des internautes
  • Stop à la violence envers les femmes !
  • Photoquai 2009 : 2ème édition des images du monde
  • Exposition "Fellini, la grande parade", Paris
  • Espace Cinko, Paris
  • Expo : Blancs nocturnes et garde robe émouvante
S'incrire à la newsletter femmezine
Les cadeaux Femmezine
    Découvrez les cadeaux du mois
Venez les remporter !
 
Nous contacter Charte d'utilisation CGU enchères Mentions légales La r�daction Partenaires Désinscription Plan du site Parlez de nous !
Copyright © 2009 - Femmezine.fr