Interview de l'artiste Klaus Guingand

Interview de l'artiste Klaus Guingand

Page 2 / 3

Interview suite 2

Votre prochain projet artistique justement, c'est quoi ?

Cinq ans de travail minimum pour une œuvre qui s'appelle « En attendant la mort ». Une œuvre d'art globale, en collaboration avec des scientifiques, des chercheurs, des universités, qui considère tout le monde, le monde entier, et en même temps chaque être humain. Ce sera la première fois où il y aura une œuvre universelle qui intègrera les 250.000 naissances par jour, et aussi les morts. Ce sera une immense alcôve dans laquelle seront gravés les noms de l'humanité toute entière, il nous faudra capter 3.500.000 noms par jour pendant 5 ans, et l'aide des réseaux virtuels, sur lesquels chacun sera invité à s'inscrire. Il y aura beaucoup d'électronique, des noms qui s'allument, les naissances, d'autres qui s'éteignent, les morts. L'œuvre, ce sera comme une cathédrale, et un travail en collaboration avec beaucoup de gens. Mais pour cela, il faut des moyens. Je suis en cours de discussion avec des gens intéressés par le projet.

Est-ce que vous pensez que les œuvres font encore réfléchir les gens ? Comment définiriez-vous une œuvre d'art aujourd'hui ?

Oui. Bien sûr et heureusement ! Il y a beaucoup de gens qui pensent avoir une œuvre d'art chez eux parce qu'ils l'ont achetée dans une galerie. Ma définition d'une œuvre d'art, c'est lorsque chaque personne qui va rentrer dans la pièce où est l'œuvre, installation, peinture, vidéo, sculpture, va s'y intéresser, réagir, même le mec qui vient relever le compteur EDF ! Une œuvre d'art, c'est entendre une conversation, il se passe quelque chose. L'œuvre d'art, dans la maison, elle prend le leadership sur son propriétaire, au point que les gens ne parlent plus que de ça, et que parfois le propriétaire finit par en avoir marre qu'on ne lui parle plus que de l'œuvre et la revend. Une œuvre d'art, cela n'a rien à voir avec le prix qu'on l'a payée, ou le lieu où on l'a achetée. Si les gens vaquent devant elle sans réagir, ce n'est pas une œuvre d'art. Une œuvre d'art, c'est par exemple l'un des miroirs d'un mètre soixante sur quatre-vingt centimètres de la série que j'ai faite il y a quelques années, sur lequel j'avais fait graver par un artisan « l'inachevé » qui signifiait « allez-y, mirez-vous, mais nous sommes tous des inachevés ». Ou des phrases comme « C'est dans les grandes catastrophes du futur que vous comprendrez votre médiocrité » ou encore « Un jour naîtra la race des derniers nés, issus des derniers spermatozoïdes et ovules féconds, ils ne pourront plus enfanter ». Bon, ça, les gens ils n'aiment pas, pas vraiment. Mais, ça les fait réagir, ça les bouscule, les énerve, ils ne peuvent pas rester indifférents.

Vous êtes très pessimiste sur le monde qui nous entoure.

Je trouve que nous sommes arrivés à une époque où on valorise les imbéciles, et les médiocres. Ceux qui ne savent pas s'expriment sur tous les sujets, alors que ceux qui savent sont interdits de parole, de plateaux télé par exemple. Le temps passe vite, je vais avoir 48 ans, et je n'ai rien vu passer. J'ai envie que les gens développent leur libre-arbitre, leur conscience. J'aimerais pouvoir un tant soit peu y contribuer en ayant la possibilité de continuer à créer.

Page précédente
Page suivante
Auteur : Elodie TROUVE


Donnez votre avis !
9 commentaires
Devenez membre et gagnez 4 points en laissant un commentaire !
MANEVAL
QUI SE CACHE DERRIZRE L'ARTISTE
MANEVAL  | le 24/12/2009 à 15:08
 
Annabellucci
Le soit disant Monde de l'Art, est pourri, et ce n 'est pas d'aujourd'hui. Les galeristes,et déjà du temps de van ghog, ou même du temps de Picasso faisaient et defaisaient les côtes des artistes comme des bons bourgeois jouent à la Bourse, dans les romans d'Emile Zola. Etre Un artiste, et être vendu et exposé ne sont pas 2 choses semblables. Bon nombre d'artistes peintres ont été surestimés pas seulement à cause des marchands d'Arts, mais et surtout par le phénomène de mode et d'une petite élite qui jettait son dévolu sur tel ou tel artiste....Un peintre comme Buffet est tout à fait l'exemple de ce qui était in , dans le vent, à la fin des années 50. Il y a des modes, des courants, comme ceux de l'art Abstrait, qui ont donné un peu de tout et de n'importe quoi. Il s'agissait davantage de performances, d'idées, que de talent, de génie ou de lumière....Trois collages, quatres photos et on appelle çà de l'Art. Alors avant de critiquer tout et n'importe quoi, redéfinissons ce qui est l'Art en Peinture. Le reste c'est une gigantesque masturbation intello....!
Annabellucci  | le 27/12/2009 à 15:42
 
Nulle part dans cette article, la situation est décrite comme nouvelle. Guingand exprime son avis et ce dernier et partagé par de très nombreuses personnes. Annabellucci , vous voulez dire Van Gogh je pense? Un collage de Max Ernst ou de Man Ray c'est bien de l'art. Une photographie peut également être de l'art. La critique est constructive. Il faudrait peut-être redéfinir la place de la peinture dans l'art.
Anonyme  | le 28/12/2009 à 15:29
 
Cast Prod
Rejoignez nous sur le groupe du premier réseau social du casting et
offrez vous un vrai site internet en
votrenom.bookme.fr===>http://www.facebook.com/profile.php?id=1654395034&ref=mf#/group.php?gid=389667915098...et
n'oubliez pas d'inviter vos ami(e)s :)))
Cast Prod  | le 29/12/2009 à 03:06
 
Au nom du père
Il est parfois bien difficile de reconnaitre ses pères et par la même créer son propre style. Guingand veut nous démontrer (démonter) le monde de l'art et celui des artistes actuels par la critique du marché et celui de la création sauf évidement Klaus guingand pur et fidèle chevalier des arts en mal de reconnaissance. Pourquoi aller à Miami, lieux ou toutes les compromissions sont possibles ? Pourquoi prétendre faire mieux que Koons ou cattelan, quel est le projet sinon prendre leurs places.
Mon petit Klaus, continu de peindre l'ombre des autres pour éventuellement pouvoir en constituer une pour toi et toi seul. La critique est facile, l'art aussi. Sans rancune, un admirateur méconnu.
Au nom du père  | le 29/12/2009 à 15:01
 
JE NE SUIS PAS TON FILS.
Le véritable style n'a pas de père.
Quel compromission avec MAFIART à Miami?
Je n'ai pas prétendu dans cette article faire mieux que Koons ou Cattelan.
Je ne veux surtout pas leurs places, je veux juste ma place.
L'art n'est pas facile.
Aucune rancune d'un petit père anonyme et méconnu. Klaus Guingand
Anonyme  | le 29/12/2009 à 16:07
 
E NE SUIS PAS TON FILS. Le véritable style n'a pas de père. Quelle compromission avec MAFIART à Miami? Je n'ai pas prétendu dans cette article faire mieux que Koons ou Cattelan. Je ne veux surtout pas leurs places, je veux juste ma place. L'art n'est pas facile. Aucune rancune petit père anonyme et méconnu. Klaus Guingand
Anonyme  | le 29/12/2009 à 17:03
 
Ce message a été supprimé par Femmezine
optimist2009  | le 09/02/2010 à 21:59
 
Ajouter un commentaire

Commentaire :
Pseudo (facultatif) :
Rechercher
Inscrivez-vous au club Femmezine et gagnez des cadeaux ! 1 - Devenez membre 2 - Cumulez des points 3 - obtenez des cadeaux
Le Top 5 des internautes
  • Stop à la violence envers les femmes !
  • Photoquai 2009 : 2ème édition des images du monde
  • Exposition "Fellini, la grande parade", Paris
  • Espace Cinko, Paris
  • Expo : Blancs nocturnes et garde robe émouvante
S'incrire à la newsletter femmezine
Les cadeaux Femmezine
    Découvrez les cadeaux du mois
Venez les remporter !
 
Nous contacter Charte d'utilisation CGU enchères Mentions légales La r�daction Partenaires Désinscription Plan du site Parlez de nous !
Copyright © 2009 - Femmezine.fr